RESTAURATION

Le Consulat Général de France fut meurtri par les détériorations qu’il a subies au cours du temps. Pour permettre au Consulat Honoraire de poursuivre sa mission, on s'efforça de maintenir le bâtiment en état en n'utilisant que quelques pièces du bâtiment.

Etant situé sous le niveau de la mer, il y eut des déformations dues à l’humidité au sous-sol. Sur le toit et les terrasses, l’isolation, les tuiles et les gouttières en zinc auraient dû être rénovées.

Après avoir obtenu les permissions nécessaires des autorités compétentes et du Conseil Supérieur de Protection des Monuments et des Biens Culturels, les travaux de chantier commencèrent en février 2011.

On assura d'abord l’étanchéité du sol et des murs au rez-de-chaussée en utilisant des mortiers spéciaux chimiquement renforcés et on installa de nouveaux systèmes de drainage et de pompage pour l’évacuation de l’eau du sol. En lançant simultanément les travaux de toiture, on évita tout risque que le bâtiment prenne l’eau pendant les mois d’hiver en cours.

Dans un second temps, on s'attaqua aux travaux d'électricité, de plomberie, à la mise aux normes des installations de sécurité, aux renforts de structure du bâtiment, à la réfection des murs, à la réparation et au renouvellement des menuiseries et des volets en bois. A la suite de cette étape qui s'étala sur une longue période, le bâtiment rajeunit pour un demi-siècle au moins et acquit une infrastructure solide.

Ensuite furent entrepris les travaux de ravalement de la façade extérieure avec des produits chimiques et des pressurisateurs étudiés pour respecter la pierre, donnant ainsi au bâtiment son nouvel aspect. Les murs et plafonds en plâtre furent entièrement refaits et les travaux de peinture commencèrent.

Enfin furent terminés la restauration des parquets et des vernis, le montage des éclairages et des éléments en céramique et en marbre. On procéda au montage des panneaux en tissus et en bois laqué pour les zones d’exposition. On termina la réfection du sol de l’atrium et les travaux de paysage. Avec le soutien du Consulat et des unités de sécurité d’Arkas Holding, des procédures de sécurité optimales furent mises en place.

En novembre 2011, après 8 mois de travaux et une mue en profondeur, le bâtiment commença sa nouvelle vie en tant que Centre d’Art Arkas.